12 Jul, 2016 - Fabrice Queguineur

Analyse Post-Brexit - Notre Point de Vue

Jamais deux sans trois dit-on communément? Après l’effondrement des bourses chinoises en début d’année, la baisse du pétrole et des matières premières, voici donc le Brexit. Le résultat du référendum ce 23 juin concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne a eu l’effet d’un électrochoc sur le marché des devises (GPB/USD -10%) puis sur les marchés actions mondiaux. Quid de l’après Brexit et de notre positionnement de marché?

La France et l’Allemagne poussent désormais le Royaume-Uni à négocier les conditions de sortie et l’activation de l’Article 50 au plus vite. La négociation s’annonce longue et incertaine. Toutefois, plusieurs éléments nous interpellent.

Premièrement, la performance des marchés sur le mois de Juin semble indiquer que l’Europe est la grande perdante puisque l’eurostoxx perd -6% sur la période quand le Footsie grimpe de +5%. Ironie de l’impact du marché des devises. Nous pensons que le Brexit est une opportunité pour Londres de renforcer son positionnement de premier centre financier européen, notamment par la baisse des taux d’imposition appliqués aux entreprises.

Deuxièmement, la crise identitaire Européenne n’est en rien comparable à la crise financière de 2008 mais d’une certaine façon, nous pensons que le circuit actuel de l’argent est inefficace. Les Banques Centrales ont un impact de plus en plus limité et leurs actions ne se traduisent pas en accélération du cycle économique global. Pire, nous estimons que le marché américain, leader des tendances boursières affiche une valorisation élevée (20x P/E) et un rendement (2%) qui ne justifie pas la construction d’un portefeuille directionnel.

Troisièmement, nous estimons que dans un contexte aussi chargé d’incertitudes, la prudence est la meilleure stratégie. Bien que le mot soit largement utilisé car rassurant auprès des investisseurs, il ne se traduit que très rarement dans la construction des portefeuilles. Pourquoi sommes-nous donc si inquiets ? Parce que plusieurs éléments nous indiquent que peu d’investisseurs ont effectivement répercutés cette « prudence » dans les portefeuilles. La volatilité (VIX) est revenue aux niveaux pre-Brexit, les valorisations sont très élevées et moins d’un pourcent des opérateurs parient désormais sur la hausse des taux directeurs aux US. Les marchés semblent immunisés ; après tout, les Banques Centrales interviendront en cas de choc, n’est ce-pas ?

Dans ce contexte, nous pensons que les opportunités viendront principalement des pays émergents et que les portefeuilles doivent être protégés, voire légèrement vendeurs des indices actions, en directionnel ou en beta. Nous ne parions pas sur un scénario haussier d’ici à la fin de l’année.

Version PDF:
market update juillet 2016

Télécharger notre dossier de presse.

Télécharger